La grêle peut tomber n’importe où et toucher l’ensemble de l’enveloppe du bâtiment. Il est donc essentiel de prendre des mesures de protection préventives et d’utiliser des matériaux résistants à la grêle.

La grêle est un défi pour la protection des bâtiments

17.08.2021
7/8 l 2021
  • Enérgie et environnement

Chaque année, les dommages aux bâtiments causés par la grêle se montent à plusieurs millions de francs. Il est donc essentiel pour les privés comme pour les autorités communales, de prendre des mesures de protection préventives.

Lorsqu’un grêlon de 3 cm heurte à près de 90 km/h un toit ou une façade, il peut engendrer des bosses, des déformations ou des dommages à la surface sur certains matériaux. Il n’est pas rare de constater des dommages notamment aux stores, aux façades avec isolation extérieure ainsi que sur les éléments plastiques comme les coupoles d’éclairage, les couvertures de piscine ou les lés d’étanchéité exposés aux intempéries. Dans le pire des cas, des dommages fonctionnels comme des fissures peuvent survenir. Si l’enveloppe du bâtiment perd son étanchéité, d’importants dommages subséquents peuvent être causés par l’eau qui s’infiltre. Les dommages dus à la grêle sont par ailleurs toujours source de contrariétés pour les sinistrés: en règle générale, un incident de grêle touche en effet simultanément de nombreux bâtiments, ce qui retarde la réparation ou le remplacement des stores endommagés. La saison de la grêle coïncide en outre avec les chaleurs estivales, période pendant laquelle les espaces intérieurs exposés ne sont quasiment pas utilisables sans ombre (illustration 1). Les mois de juin et juillet 2021 n’ont pas été épargnés: de nombreuses régions ont dû faire face à de fortes averses de grêle.

Protection grêle: une question à aborder dès la planification

Tout comme pour la protection contre d’autres dangers naturels comme les crues, la règle suivante s’applique en matière de protection contre la grêle: plus tôt les dangers naturels sont inclus dans le processus de planification, plus il est facile de trouver des solutions efficaces et peu coûteuses. Cette règle est également valable pour les transformations et les rénovations. Pour que ce message trouve un écho, il est essentiel d’agir, même auprès des professionnels de la construction, en sensibilisant davantage aux dangers naturels. Dans l’idéal, les services communaux en charge des constructions abordent de manière exhaustive la question des dangers naturels avec les maîtres d’ouvrage et les architectes, dès la demande préalable de permis de construire. Ils leur indiquent également des sources d’informations complémentaires, des normes et des aides à la planification. Il est important d’adopter une telle pratique même pour les parcelles situées en dehors des zones de dangers, car ces parcelles ne sont pas à l’abri des pluies intenses, des tempêtes ou justement de la grêle. La protection contre la grêle repose sur deux approches fondamentales: d’une part, l’utilisation de matériaux robustes et de produits testés contre la grêle pour tous les éléments exposés de l’enveloppe du bâtiment et, d’autre part, la protection des lamelles de stores, particulièrement vulnérables. La protection contre la grêle est souvent mise en œuvre en synergie avec d’autres travaux de rénovation, un choix qui peut être aussi payant pour le parc immobilier du secteur public. Par exemple, si lors de rénovations, les coupoles d’éclairage en plastique doivent être protégées, des grilles ou des filets de protection représentent une alternative intéressante à la pose de coupoles d’éclairage en verre qui seraient plus résistantes.

Risque élevé de grêle en Suisse

Il est essentiel de disposer d’une vue d’ensemble claire des dangers potentiels sur le site et des objectifs de protection. C’est là que la plate-forme d’information www.protection-dangers-naturels.ch entre en jeu : après saisie de l’emplacement, elle affiche tous les dangers naturels locaux et fournit des recommandations adaptées à la situation en matière de protection du bâtiment. Ce check-up des dangers naturels se base sur la nouvelle carte des risques grêle publiée en mai 2021 par MétéoSuisse. Ces nouvelles bases scientifiques montrent que dans un horizon de 20 à 50 ans, il faut s’attendre à connaître de manière généralisée au moins une averse de grêle avec des grêlons d’un diamètre de 3 cm ou plus (illustration 2). Cette valeur correspond plus ou moins à la durée de vie minimale que devraient avoir de nombreux éléments de construction de l’enveloppe du bâtiment. Une résistance à la grêle plus élevée représente donc également un critère de décision important en termes d’amortissement des travaux de construction et de durabilité.

Le répertoire grêle : une référence pour les éléments de construction résistants à la grêle

Les nouvelles cartes des aléas confirment la recommandation générale de nombreux experts en dangers naturels qui préconisent de protéger les bâtiments contre des grêlons de 3 cm au moins. Cet objectif de protection minimal peut être mis en œuvre sans coûts supplémentaires significatifs et constitue par ailleurs une exigence de la nouvelle norme SIA 261/1 « Actions sur les structures porteuses – Spécifications complémentaires » pour tous les nouveaux bâtiments. Les services en charge des constructions peuvent d’ailleurs aussi renvoyer à cette norme. Outre les matériaux reconnus sans aucun doute comme résistants à la grêle, tels le béton ou du verre suffisamment robuste (≥4 mm), il existe, pour l’ensemble des éléments constituant l’enveloppe du bâtiment, une multitude de produits testés. L’outil gratuit de planification en ligne www.repertoiregrele.ch sert d’aide pour le choix des produits. Les éléments de construction y sont classés en cinq catégories de résistance à la grêle : RG 1 à RG 5. Les chiffres correspondent au diamètre maximal en centimètres du grêlon auquel un élément de construction est capable de résister. Plus le chiffre est élevé, plus le matériau est résistant. Les produits inscrits au répertoire grêle sont testés sur la base de conditions d’essai uniformes dans six instituts d’essai en Suisse, en Autriche et en Allemagne. La validité des certificats est continuellement vérifiée.

 

Un signal d’alerte grêle pour des stores intelligents

Les stores à lamelles représentent près d’un tiers des dommages dus à la grêle. Mais contrairement au reste de l’enveloppe du bâtiment, ces éléments de construction mobiles disposent d’un avantage déterminant: dès lors qu’on les remonte, le risque de dommages devient quasiment nul. Aujourd’hui, les fenêtres et cadres de fenêtres modernes situés sous ces éléments sont moins vulnérables aux averses de grêle. En collaboration avec SRF Meteo et NetIT-Services, les établissements cantonaux d’assurances fournissent le signal d’alerte gratuit «Protection grêle – tout simplement automatique», grâce auquel tous les stores d’un bâtiment peuvent être protégés automatiquement contre la grêle. Une interface permet d’accéder en continu aux prévisions de grêle pour l’emplacement du bâtiment et de remonter automatiquement les stores en cas de risque de grêle. D’une grande précision géographique, les prévisions de grêle sont recalculées toutes les cinq minutes sur la base de plusieurs paramètres tels que les données radar, l’activité et les caractéristiques des éclairs, les vents d’altitude ainsi que différents modèles de prévisions. Dès que la probabilité de grêle à l’emplacement du bâtiment descend en dessous d’une certaine valeur seuil, tous les stores reprennent leur position initiale. Une seule interface suffit souvent pour protéger l’ensemble des stores de grands bâtiments tels que des écoles ou des hôpitaux. C’est ainsi que fonctionne aujourd’hui une protection des bâtiments moderne, basée sur la technologie intelligente.

Plate-forme www.protection-dangers-naturels.ch

La plate-forme www.protection-dangers-naturels.ch offre aux maîtres d’ouvrage et aux spécialistes une vue d’ensemble des modes de construction capables de résister aux dangers naturels. La plate-forme d’information a été créée par les établissements cantonaux d’assurance et est exploitée aujourd’hui par une alliance unique en Suisse d’acteurs importants du domaine de la protection des bâtiments: l’Association des établissements cantonaux d’assurance (AECA), l’Association Suisse d’Assurances (ASA), l’Association suisse des propriétaires fonciers (HEV), la société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA), l’Union des Banques Cantonales Suisses (UBCS) ainsi que l’Association des Communes Suisses (ACS).

Informations complémentaires concernant la grêle:

Plate-forme d’information offrant un aperçu des dangers naturels sur un emplacement donné: www.protection-dangers-naturels.ch

Produits résistants à la grêle: www.repertoiregrele.ch

Système de contrôle des stores Protection grêle – tout simplement automatique: www.vkg.ch/fr/dangers-naturels/prevention/

Benno Staub
Spécialiste Prévention des dommages dangers naturels, Association des établissements cantonaux d’assurance incendie (AEAI)